Définition et objectifs du Registre des cardiopathies ischémiques du Bas-Rhin


Le registre des cardiopathies ischémiques assure la surveillance permanente de la population bas-rhinoise âgée de 35 à 74 ans et l’enregistrement systématique et continu des cas d’infarctus du myocarde et des décès coronaires qui s'y produisent. Il permet l’estimation continue d’un certain nombre d’indicateurs épidémiologiques concernant la maladie coronaire ainsi que leurs évolutions : taux annuels de survenue (événements incidents et récurrents), d’incidence, de mortalité par infarctus du myocarde ; taux de mortalité coronaire ; taux de mortalité par mort subite ; taux de létalité coronaire générale et hospitalière. Si des modifications de tendance sont observées au cours du temps, on peut estimer quelle est la part attribuable à la diminution de l’incidence des événements coronaires et celle attribuable à la diminution de la létalité.


Le registre des cardiopathies ischémiques du Bas-Rhin a été créé en 1984 dans le cadre du Projet MONICA (MONItoring of trends and determinants in CArdiovascular disease) coordonné par l’Organisation Mondiale de la Santé, vaste projet de recherche international incluant 38 centres répartis dans 21 pays, qui s’est terminé en 1994.


En France, trois centres ont participé à ce projet, couvrant les populations des départements du Bas-Rhin et de la Haute-Garonne et celle de la Communauté Urbaine de Lille, coordonnés par une Unité INSERM à Villejuif. Ces trois centres sont des régions à taux contrastés de fréquence de la maladie coronaire.

Le registre MONICA du Bas-Rhin a été conduit de 1984 à 1993 inclus, concomitamment aux deux autres registres français.


A la fin du programme MONICA, le groupe MONICA-France a décidé de poursuivre une activité d’enregistrement des événements coronaires aigus dans les mêmes populations, afin de continuer à obtenir des indicateurs de morbidité et de mortalité de cette pathologie, et a élaboré un nouveau protocole. L’enregistrement des cas a recommencé en 1997 sur la population âgée de 35 à 74 ans, avec une procédure simplifiée par rapport au protocole MONICA.


La mise en place du registre nous a facilité le développement d’autres activités dans le domaine de l’épidémiologie cardio-vasculaire : études de recherche analytique, études d’évaluation de la prise en charge des patients atteints d’un infarctus du myocarde, étude de l’influence possible du niveau socio-économique sur la relation entre pollution atmosphérique et l’infarctus du myocarde, études de comparaison de la mortalité coronaire entre différents départements, évaluation d’un programme de prévention des maladies cardio-vasculaires dans le département du Bas-Rhin.